Un enfant caché

Vous êtes ici : forum / Ecrire à plusieurs / Un enfant caché
1
Posté par : charlottes, le 14-05-2010 

à vous de continuer.

Posté par : Wilkes, le 08-07-2010 

idée de résumé : 1943. L'occupation allemande, la deuxième guerre mondiale. Une famille juive parisienne réussit à quitter la capitale pour s'installer plus loin. Mais les soldats les retrouvent et les adultes cachent leur unique enfant dans le mur creux pendant qu'ils sont déportés. Alors que ses parents sont partis, le jeune garçon apprend à vivre seul, dans le village inhabité. Mais il va rencontrer une jeune fille, épargnée elle aussi des soldats. Un amour impossible va alors naitre...
Si le sujet de la guerre ne te convient pas j'a

Posté par : charlottes, le 08-07-2010 

je dirais plutôt une amitié tout d'abord va naitre et à force de "survivre ensemble" ils vont s'apprécier de plus en plus.

Posté par : Wilkes, le 08-07-2010 

Le gros de l'histoire parle de leur amour progressif. Ce n'est qu'à la fin qu'ils vont réellement se rendre compte qu'ils s'aiment.
P.S. : Je ne suis pas très renseigné sur la guerre : je ne suis qu'un enfant. Je laisse les personnes qui s'y connaissent écrire. Et si le sujet de la guerre ne te va pas, j'ai une autre idée.



Louis était à la fois heureux et malheureux: ils étaient enfin partis, partis de l'enfer de la capitale, mais la guerre ne s'arrêtais pas pour autant et ils étaient encore recherchés. Malgré ses treize ans, il n'avait pas encore réussi à trouver une réponse à la question qui le hantait tant depuis le début de la guerre, alors qu'il soufflait un grand coup pour éteindre les neuf bougies sur le gâteau, le 3 septembre 1939. Ce jour-là, il était partis dans le jardin pentu qui longeait sa maison, avec tout ses amis et amies juifs pour construire une cabane en bois, dans un arbre. Ils étaient restés près du bord de l'habitation, pour entendre la musique diffusé sur la radio posée sur la fenêtre. Soudain, tous ces joyeux airs de musiques s'arrêtèrent pour laisser place à la terrible nouvelle : la France et le Royaume-Uni avaient déclarés la guerre à l'Allemagne. Sa mère s'était empressé d'éteindre la radio, mais tout le monde avait déjà entendu : la construction de la cabane fut abandonnée, l'anniversaire gâché, les boissons ne furent pas entamés et les confettis restèrent bien chaud dans leur paquet... Il se le demandait encore, pourquoi la guerre, pendant sa tendre enfance ?
Continuez, j'ai trop peur de raconter des choses fausses

Posté par : ErizuTeriyaki, le 08-12-2013 

C'était la nuit. Louis dormait paisiblement dans sa chambre, à l'étage, lorsque de grands bruits, venant du rez-de-chaussé le réveillèrent. Des voix d'hommes qu'il ne connaissait pas se parlaient en allemand.
Paralysé par la peur, le jeune garçon ne fit pas un geste, il resta dans son lit. Son corps était parsemé de sueurs froides. Il faillit pousser un cri de terreur en voyant la porte s'ouvrir. Mais heureusement, il reconnut sa mère, qui lui fit comprendre qu'il ne devait faire aucun bruits, en mettant son doigt sur ses lèvres. Elle lui tendit la main, le fit sortir du lit, et le conduit sur le palier. Ils marchèrent à pas de loups, et ne dirent rien. Louis savait bien qui étaient ces gens. Leur présence l'effrayait de tout son être.
Sa mère l'emmena jusqu'à sa chambre, où se trouvait leur père. Ce dernier, d'un air paniqué, ouvrit la fenêtre.
"-Mon garçon, nous allons nous enfuir par ici! murmura-t-il à son unique enfant.
Louis avait beau avoir treize ans, semblable à un petit garçon, il dit:
-Papa, j'ai peur... Ils vont nous repérer!
Son père le rejoignit, et posa un genou à terre afin d'être à sa hauteur.
-En tout cas, toi, tu t'en sortiras, je t'en fais la promesse!
Tout à coup, ils entendirent la voix d'un nazi hurler avec l'accent allemand:
-PAS LA PEINE DE VOUS CACHER, ON VOUS A ENTENDU!
Des larmes de panique perlèrent le visage de Louis. Ils entendirent les pas des hommes dans les escaliers. Il y avait un trou dans le mur, derrière l'étagère. Vive comme l'éclair, sa mère la poussa, et fit signe à son fils d'y entrer. Le trou était trop petit, et ne pouvait contenir qu'un enfant. Louis obéit, s'engouffra à l'intérieur, et ses parents remirent le meuble à sa place.
Dans le noir, le jeune garçon entendit de grosses voix allemandes. Il reconnut les pleurs de sa pauvre mère. Il s'attendait à ce que son père résiste, mais il entendit ses parents suivre calmement les deux nazis. Il n'osa pas bouger. Leurs pas s'éloignaient de plus en plus, dans le palier, l'escalier, le rez-de-chaussé, jusqu'à ce qu'il entende la porte d'entrée claquer. Louis poussa violemment le meuble, et se rendit prestement à la fenêtre.
Dans le plus profond des désespoir, il vit ses parents entrer dans un gros véhicule, avec les hommes d'Hitler.
Ses parents s'étaient fait prendre. Il était perdu. Seul.

1


 Il faut se connecter pour pouvoir poster un message

Pseudo : Mot de passe :   


2010-2016©Ecrits Libres - Toute reproduction, même partielle est interdite.

Création du site


Nicolas SORANZO