écrire un livre, kit pour écrire, site pour publier sur internet, publier en ligne, vendre son livre en autoédition

Ecrire, publier et lire avec Ecrits libres

Écrire un livre et publier sur internet en découvrant d'autres auteurs

Le site vient de tourner une page. Ouvrez donc ce livre et débutons une histoire ensemble.

Articles

Le 14 Juillet

MALVINUCHE
Ce titre m’est venu grâce à une dame d’un certain âge dont le sourire et les yeux rieurs m’avaient plu. Nous discutions ensemble sur un éventuel voyage qui ne lui plaisait pas beaucoup mais qui était souhaité par son mari. Je la poussais un peu dans ses retranchements en pensant par devers moi quelle se soumettait encore au désir de son mâle. En la poussant un peu sur la qualité de son couple, elle me dit soudain dans un grand sourire, oh ! Ce n’est pas tous les jours le 14 Juillet mais, ça va.
Quelle joie, quel épanouissement dans cet aveu, simple direct et tellement vrai.
Et vous c’est quand le 14 Juillet, quand sentez vous votre intimité vibrer comme la corde d’un violon au son de certaines mélodies ?
Si ce n’est pas Waterloo c’est souvent le lac de Lausanne non ! Bien sûr pas pour toutes heureusement, mais encore bien trop souvent. Pourquoi, oui pourquoi, si on exclut des problèmes psychologiques particuliers, reste encore et toujours un espace, un non dit qui perdure.
Depuis des millénaires ce secret est bien gardé, certaines s’en servent inconsciemment comme un moyen de maîtriser l’homme, si t’as envie et moi pas je peux facilement obtenir de toi ce que je veux !
Sauf que ce n’est pas si simple Mesdames, en retour il vous reste un regret, un indicible non obtenu, une plainte dont l’objet est détournée, l’attente vaine du « Prince charmant » celui qui saura.. Vous vous condamnez à une projection infantile sur un objet imaginaire, portant la honte d’avouer que la verge vous vous en foutez.
Pourtant, Mesdames vous avez presque tout obtenu dans nos sociétés, du moins. Vous êtes belles, successful, autonomes, vous gérez vos vies avec efficacité, en apparence du moins. Vous arrivez chaque jour à organiser votre vie avec vos enfants, votre vie professionnelle, votre maison et socialité, votre homme et votre apparence. Cinq vies par jour ce n’est pas simple !
Il faut dire que quand nous avions tous les pouvoirs nous avons largement exagéré. Poussant toujours plus loin notre jouissance de domination nous vous avons souvent trop souvent abusé de notre force. De nombreux exemples perdurent encore hélas !
Ce retour est légitime et nous découvrons que vous êtes comme nous, autant intelligentes, créatives et que vous ne détestez pas aussi prendre du pouvoir. Nous aurions pu être plus malins mais, c’est ainsi nous n’abaissons notre garde que sous la pression d’un autre.
Tout serait pour le mieux dans le meilleur des mondes alors ! Pas tout à fait. Reste un lieu une intimité dont on ne parle pas et pour cause, il touche en chacun une part et heureusement, que nous préservons.
Mais il faut bien en parler. Nous, les hommes nous fonctionnons au défi permanent. Notre testostérone nous oblige à nous dépasser perpétuellement. Rien n’est plus détestable que de vaincre sans péril et de triompher sans gloire ! Pourtant nous avons
aussi une attente, un espoir caché dans les méandres de notre réussite professionnelle. Un épanouissement du lieu de notre si sensible intimité. Une fragilité cachée. Pour nous aussi il y a des différences : éjaculer ou jouir ! Nous avons des degrés dans la jouissance on en parle rarement parce qu’ils viennent de vous. Et oui vous êtes actrices aussi de notre plénitude.
Quand l’un et l’autre on s’approche, on se touche, on s’extasie dans cette jouissance en plus, pour vous, selon Lacan. Est-elle en plus ou en moins quand elle ne se passe pas ? En plus voudrait dire que c’est un extra alors que ce devrait être la normalité. Quand ce grand homme vous demandait pendant ses conférences : dites nous, mais dites nous Mesdames, un silence lourd lui répondait. Eh ! Oui vous nous avez laissé dans l’ignorance de votre propre satisfaction. Abandonnant à l’homme la découverte de vos émois espérés. Mais pire, vous nous avez rendu responsable de tout. Puisque nous avions le pouvoir, à nous d’assumer puisque vous nous donniez votre corps céleste, tous les avatars. Nous vous devions tout puisque nous avions tout et nous étions responsables de tout. C’était sans doute un retour justifié.
J’oubliais la pudeur, le poids de l’éducation, la religion certes, mais nous ne sommes plus au 19° siècle, aujourd’hui il n’y a qu’à se balader dans les rayons de certains magasins de lingerie pour les jeunes filles et voir ce qui leur est offert. Je dois dire que même moi homme sain et moderne j’en ai été un peu choqué. Je me suis dit que c’était le syndrome de la maison close. Il faut voir les soutiens gorge affriolants, les slips qui n’en sont pas et les guêpières pour ces femmes enfants ! Il n’est pas étonnant que des hommes aux prunelles libidineuses se baladent dans ces sous-sols de lingeries féminines. Là, vous pensez, il est bien rétrograde cet homme qui nous parle en voulant nous libérer. Non, justement ces étalages de produits sont un symptôme de nos sociétés soit disant libérées qui ne présentent qu’une image, un fantasme, mais, qui ne dit rien de la réalité de votre plaisir. Dans ces froufrous d’un autre temps le sexe sous-jacent est présenté comme une image, un désir inavoué, espéré, interdit de ces lieux clos de jadis où le stupre pouvait s’exprimer en toute impunité. Des hommes très consommateurs de ces endroits comme Guy de Maupassant était tout sauf mysogine. Exprimant haut et fort son désir débridé, il savait aussi tirer les conséquences de la situation tragique des femmes fréquentant ces lieux là. Avec un humour peu commun, il s’agenouillait devant le désir féminin. Il était très admirateur de leur finesse quand elle savait prendre le risque de dépasser les codes sociaux et religieux rigoureux de cette époque pour trouver un chemin de plaisir caché et risqué. Il savait aussi en tirer une analyse sévère sur le cloisonnement des classes sociales si rigide de cette époque.
Nous sommes dans un paradoxe tout est permis en apparence, mais rien n’est dit sur l’essentiel. C’est encore nos fantasmes masculins qui sont exprimés et donnés comme une expression de la liberté. Des images qui suscitent un désir d’être prise, et même un peu plus que cela, se soumettre au désir profondément masculin de sa perversion scopique. C’est donc imprimé sur ces jeunes femmes le fantasme de l’homme encore et encore et ne rien dire du leur. C’est ainsi qu’elles jouent, qu’elles suscitent ce qu’on leur a induit. Se croyant libres elles ne font qu’exécuter un désir qui n’est pas le leur, pour l’instant.
Il faut quand même le dire vu l’âge des clientes pour la majorité ce sont les caresses, les léchouillages qui sont désirés. En général le désir du phallus vient plus tard à l’âge normalement de la maturité sexuelle. Je dis normalement, car il y des cas peu nombreux où le plaisir n’est pas désiré de cette façon là. Ne prenons pas les généralités comme des absolus. Ne peut-on susciter leur désir par des lingeries volantes qui caressent doucement les cuisses, des voiles suggestifs qui donnent envie des caresses. Leur donner un avant goût, puisqu’elles le recherchent dans ces rayons, de ce qu’elles veulent. Les jeunes femmes aussi ont besoin d’images qui leur renvoie le plaisir désiré. Frôler leur cuisse, leur corps, leurs seins fait monter en elles le plaisir. Elles veulent des caresses donnons le leur plutôt que d’éveiller un masochisme que l’on dira ensuite féminin, susciter la caresse développera leur imaginaire et leurs glandes de Bartholin s’ouvriront répandant leur mucus entre leur entrejambe.

Notre désir vient de ce que nous voyons en premier de ce qui va piquer au vif notre imaginaire d’homme.
Il est un fait que les fantasmes existent et qu’il faut bien qu’ils s’expriment. Au nombre d’une dizaine toujours les mêmes, quelle que soit la société, ils perdurent au-delà de la moralité. Qu’en fait-on ? L’autre soir je les ai retrouvés paradoxalement sur une scène d’opéra où j’allais écouter Alcina de Haendel. C’est l’histoire d’une magicienne qui transformait après les avoir consommés les hommes en pierre, animaux ou végétaux. Dans une mise en scène magnifique Katie Mitchell la metteure en scène plutôt d’obédience libertaire, a choisi d’exprimer le désir dans leur crudité. Ils sont fous d’amour et nous le font savoir par un cunnilingus réalisé en pleine scène d’opéra et par des actes sado maso simulés au moyen de coups de fouet. Sommes nous à ce point là que nous avons besoin que l’on nous rappelle que le sexe a ses lois. Ne mélangeons pas tout. Le jeu amoureux n’a rien à voir avec la domination exprimée dans la vie sociale, professionnelle ou quotidienne. C’est un jeu à deux fait pour donner du plaisir à soi et à l’autre.
Bon je vais arrêter ma position de censeur ce n’est pas l’objet de ce texte.
Parlons de vous, parlons de moi parlons de nous. Faisons un rêve pour copier Sacha Guitry. Je vous imagine amoureuse les jambes légèrement ouvertes, le visage rosit en attente du plaisir promis. Suave, humide, douce et tendre jusqu’à l’abandon. Vous vous êtes laissée prendre à mes compliments, non c‘est une erreur vous attendiez ces compliments qui ravissent votre ego. Etre désirée vous fait mouiller. Plaire est si important pour vous. Et je le comprends. Qui regardons nous, qui suscite notre intérêt, qui désirons nous ? Ce jeu du début d’une relation est excitant pour nous également. Que d’extase en promesse. Dans ces débuts chacun tient son rôle. Vos appâts sont si forts que nous partons très vite à leur recherche et que votre corps moulé par nos baisers, nos léchouillages se pâme. Vous êtes offerte et nous nous prenons. Nous rêvons. Mais il n’est pas certain que ceux ci soient identiques. Se baigner dans votre corps est toute notre passion. Pour vous il en est encore autrement. Grâce au progrès social et scientifique vous vous êtes autorisées à jouir librement et c’est tant mieux pour vous et pour nous. Mais, parce qu’il y a un mais, vous voulez autre chose. Je le sais bien.
Seulement vous l’atteindrez avec le reste si de ces appâts qui nous rendent fous vous nous rendez aussi le désir de notre corps. Le savez-vous notre émoi répond aussi aux vôtres. Après les premiers moments de la découverte. Nous avons aussi envie d’être désiré. Notre mise en situation favorable dépend aussi de voir et de savoir dans votre œil et dans votre corps que vous nous voulez. Mise à part des jeunes gens et encore, notre érection et notre emballement de vous dépendent aussi de voir dans votre œil que nous sommes attendus.
Cette partie du corps que nous avons si forte est tellement sensible, oserais-je le dire fragile et mobile que parfois votre attitude nous font douter de notre excellence. Alors le désir sans va petit à petit. Combien de femmes osent nous caresser, je ne parle pas que de la fellation, nous aimons beaucoup comme vous les léchouillages de nos seins, de la partie si tendre que nous avons entre nos jambes. Encore faut-il que la partenaire y prenne plaisir. A chaque événement nous jouons notre puissance notre identité masculine. Parfois il faut nous aider, nous montrer que vous nous aimez.

La femme jouit de l’homme et l’homme s’éclate dans ce lieu si précieux. Le savez-vous la femme est actrice de sa jouissance et peut alors donner à l’homme cet épanouissement. Il suffit d’un mot : tiens moi en bas de mes reins basculez votre bassin frottez votre paroi vaginale interne sur notre verge et vous obtiendrez une excitation de vos deux points « G ».
Pour ça bien sûr il faut qu’il y ait compatibilité entre deux êtres. La femme actrice est épanouie et donne à l’homme la certitude qu’il existe.
De grâce prenez nous en mains.

25/04/2021 21:55

Regrets de couple

T D C
sisi pain perdu
Si jamais je ne t'ai vu, c'est que tes codes n'ont pas fait écho aux miens. Déclarations et relations posées construisent çà et là des histoires sages, et c'est à ça que l'on ressemble. Un bel intérieur immaculé dont les imperfections sont sous les tapis. On compose, par peur de reconstruire autre chose. Et puis dans cette routine heureuse et imperturbable la vie un jour se rappelle à nous et nous met en insécurité. Fuir le danger soulage; mais, ne sert à rien. On ressent toujours cet attrait mêlé de peur d'un instant qu'il nous semblait inconcevable d'imaginer. De ressentir la tension de ce regard, telle une biche sous les yeux d'un fauve patient, décidé, pisteur. Qui oublie vraiment ce qu'il ressent à cet instant jamais vécu? Composer est mon regret et mon habitude. C'est déposer en l'autre un fardeau d'attentes qui ne lui appartiennent pas. C'est renoncer à soi en espérant un changement un compromis loin de ce que l'on veut vraiment.Et c'est se lier à lui si il accepte les accords sages neutres et réconfortants dont il a besoin. Le temps s'échappe, et je te regrette comme jamais. La sensation d'avoir loupé la rencontre la plus chaotique et vivante d'une vie.
07/04/2021 17:37

Ecrivez un article pour que je puisse le partager

soranzo nicolas
sornico
Comme vous devez le savoir, vous pouvez créer des articles. L'objectif de ces articles est de partager des textes courts, des idées, toutes sortes de choses en rapport avec l'écriture ou l'amélioration de ce site.

J'ai également la possibilité de partager votre article sur la première page du site.

Nicolas
05/04/2021 21:04

Mutsenap ou les forcenés de l'espoir

soranzo nicolas
sornico
Bonjour à tous,

Aujourd'hui je vous propose de lire ce livre de 120 pages sur l'histoire d'un homme qui a traversé la guerre de la plus difficile des manières.

"Juillet 1986 : écrire ma déportation sitôt venue ma retraite !"
Le pari est tenu !

Le livre est disponible ici : https://www.ecrirepublierunlivre.fr/livre/mutsen/mutsenap-ou-les-forcenes-de-l-espoir
30/03/2021 09:16

Mes adieux à la Scène. Merci Gérard Miller.

soranzo nicolas
sornico
Dans cette période difficile pour l'art et la culture, je vous propose l'histoire d'une femme qui va dépasser de nombreux obstacles !

Le livre est à retrouver ici : https://www.ecrirepublierunlivre.fr/livre/belette/mes-adieux-a-la-scene-merci-gerard-miller
16/03/2021 10:07

Une année sympathique de Giomadec

soranzo nicolas
sornico
Partons en vacance avec ce livre de Giomadec !

Je crois que cette période est propice aux rêves et à l'envie d'évasion !

https://www.ecrirepublierunlivre.fr/livre/giomadec/une-annee-sympathique
27/02/2021 13:38

La sorcellerie, mon héritage

soranzo nicolas
sornico
Dans un autre registre, voici le livre de la semaine :

Disponible ici : https://www.ecrirepublierunlivre.fr/livre/sweetycat/la-sorcellerie-mon-heritage

Vous pouvez également trouver ce livre en utilisant la recherche sur le site.

Bonne journée.
15/02/2021 15:10

De Toi à Moi de Dekeriel

soranzo nicolas
sornico
Voici le deuxième livre que je vous propose de lire.

Voici le livre de Dekeriel, de toi à moi.

Vous pouvez vous aussi créer un article pour présenter votre livre et me permettre de le partager également.

Bonne journée.
08/02/2021 11:51

L'arbre qui parle...

BERLIOZ Philippe
PhNeutre
Ce n'est pas ma première nouvelle ! Il y en a d'autres. J'ai le plaisir de vous proposer "L'arbre qui parle" et j'attends vos impressions et vos avis techniques.
01/02/2021 17:48

Découverte des livres publiés sur le site

soranzo nicolas
sornico
Je vais bientôt mettre en lumière les livres publiés sur le site. L'objectif est de créer un article sur un livre chaque semaine.

Le site compte environ 1000 livres validés et je peux présenter ces livres mais il est parfois nécessaire d'ajouter des images, d'améliorer un peu la présentation pour utiliser pleinement les capacités de la nouvelle version.

Vous pouvez également me présenter vos œuvres en créant un article sur le site.

J'ai la possibilité de mettre votre article sur la première page du site et de le diffuser sur les réseaux sociaux.

À vous de jouer !
Livre ouvert avec lunette et smartphone
19/01/2021 11:17

De l'autre côté du Lac de Stephano Lurato

Khalfi Yacine
amine
S’agit-il du lac Leman ? Toute l’histoire tourne autour d’un lac au bord duquel évoluent des personnages réels ou fictifs, dans des paysages français, suisses ou italiens. L’auteur a su très bien construire son intrigue avec toutefois, parfois, des confusions sur les personnages et‘ quelques trous noirs qui demandent des efforts de compréhension de la part du lecteur.

Dans l’ensemble, le roman est bien écrit, avec des paragraphes bien structurés.
Bref, les personnages décrits dans ce roman peuvent-ils être dotés de leur propre existence et sortir de la fiction construite par l’auteur, pour circuler de façon autonome dans le monde réel ? Les ombres du passé de Stéphane Louquié, écrivain, « volatile » mais présent sans cesse dans le récit, toujours attablé à la terrasse d’un café pour écrire une histoire mystérieuse, sans début et sans fin, éveillent notre curiosité. Sa vie jusque-là bien réglée, devient déroutante quand une inconnue l’aborde et lui demande de devenir l’un des protagonistes du roman qu’il projette d’écrire. D’abord hésitant, il crée ainsi les personnages binaires de Déborah et d Debra.

Dans ce roman. on discerne bientôt plusieurs fictions mélangées à plusieurs réalités. En fin de compte, nous lisons divers romans dans un seul roman. Stefano Lurati chevauche plusieurs scénarios, tantôt d’un côté du lac, tantôt de l’autre côté du lac, à telle enseigne que tout devient énigmatique et pourtant bien dense par une écriture serrée et pleine de vivacité. Ce qui nous amène à douter et à croire que nous sommes dans un rêve ou plutôt dans des rêves. Car dans ce cas, la frontière entre les mirages suscités par un vocabulaire très riche et la vérité des faits tangibles, devient flottante et variable

Enfin, je ne terminerai pas ma chronique sans citer un passage fort révélateur de l’ouvrage :

« — Monsieur Stéphane, vous connaissez ma discrétion naturelle. alors, n’allez surtout pas croire que je sois atteint d’une subite crise de curiosité aiguë. Non, je vous le dis comme je le pense. Vous ne m’ôterez pas de la tête que ce Jeune homme est le plus autobiogra-phique de vos romans. Mais il me fait en quelque sorte songer à ce que je définirais, faute de mieux, d’autobiographie rêvée. une auto-biographie que, jusqu’à un certain point, vous auriez voulu faire vôtre, mais qui ne l’a pas été. J’en ai l’intime conviction : ce jeune homme vous ressemble en même temps qu’il ne vous ressemble pas, ce qui le rend encore plus énigmatique à mes yeux. »

04/12/2021 05:51

Fragments (satire philosophique)

Dilyan Benev
Dido
Fragments
Le roman "1984" d'Orwell a eu un succès sans précédent malgré le fait qu'il ne s'agissait pas d'un crime ou d'une histoire d'amour mais d'un roman satirique. La satire est un type d'art qui est souvent rejeté non seulement par les critiques mais aussi par l'élite qui gouverne un pays.
C'est précisément pour cette raison que le succès d'une œuvre satirique est une chose extraordinaire. Orwell lui-même est un auteur extraordinaire car il a osé faire connaître le vrai visage du système totalitaire de manière moqueuse. Le visage de ce totalitarisme, qui domine encore aujourd'hui. Puis il a réussi à mettre les créateurs de satire en littérature sur un nouveau piédestal car ce sont des gens audacieux et ils sont seuls malgré les milliers de personnes qui les entourent.

J'ai toujours été choqué de me souvenir de l'affaire Kharms. Il est mort très jeune mais il a réussi à créer beaucoup! C'est une bonne chose. Mais ce qui frappe vraiment, c'est son absurdité. C'est le fruit de sa nature de talent vivant. Puis le destin avait décidé qu'il était né et vivait dans les années mêmes d'un système absurde, le système le plus absurde et le plus honteux créé par l'homme.

De temps en temps, je me réveille la nuit et je pense à John Milton. Il est resté aveugle et a néanmoins créé "Paradise Lost". C'était une personne si courageuse! Mais où est le courage de la plupart de nos auteurs aujourd'hui? Ils ne l'ont pas du tout! Ils n'écrivent que pour gagner de l'argent ou pour devenir célèbres dans la société sans rien laisser qui puisse enrichir la littérature. Donc je pense que John Milton, qui a surmonté la souffrance et a écrit "Paradise Lost", "voit" beaucoup plus que ceux qui ont des yeux sains.

La grande âme que certaines célébrités ont souvent les prive de quelque chose dans la vie. Un exemple ce sont Immanuel Kant et Lewis Carroll qui n'ont jamais eu de femme. Cependant, il me vient à l'esprit qu'il y a des gens qui, même s'ils n'ont pas d'esprit, ont également été privés d'une vie normale. Ces gens n'ont fait que contrecarrer secrètement les plus grandes inventions du génie humain. Et elle le fait même maintenant juste pour ne pas se sentir isolée et pour donner un sens à sa propre existence.

Ceux qui ont un talent pour écrire des aphorismes et des fragments sont si peu nombreux! Mais si un type de littérature est créé par quelques-uns, cela signifie qu'il a une plus grande valeur.

Le génie est génie pour cette raison qu'il étonne et ne peut pas être expliqué. Mais l'absurdité est que les actions de beaucoup d'entre nous ne peuvent être expliquées même si elles ne sont pas du tout brillantes.

On peut être une personne bien connue dans la société et même être fier, mais ne pas se rendre compte que cela se fait du mal de cette manière. Et cela peut nuire à beaucoup d’autres, à nous et même à la mémoire de nous tous à l’avenir.

L'art et la science sont la plus grande manifestation de l'âme humaine. Ceux qui sont nés pour les créer apportent un don de Dieu, si l'on est béni de cette manière, il pense souvent que cela le rapproche du Seigneur parce que ses œuvres resteront immortelles. C'est une tentation pour l'homme qui le fait souvent tant souffrir.

Si l'on est poussé dans le marais de la vie humaine, une force d'auto-préservation se réveille en lui, le forçant à essayer de revenir à la surface. Une force aussi grande que les malheurs qu'il avait réussi à survivre et qu'il avait rejetés. Ce n'est qu'ainsi qu'il continue à se sentir comme un être humain.

On dit que les malheurs non seulement nous affectent mais aussi nous apportent du bien. Et c'est un avantage pour nous. Si ce n'était pas le cas, nous ne pourrions pas souvent dire: "Nous allons bien parce qu'il y a toujours quelqu'un qui est prêt à nous faire du mal".

La physique, en tant que science de la matière et de ses règles, a ouvert la voie à l'humanité afin de pouvoir utiliser ce matériau en créant de belles choses. Mais il y a des gens qui se sont éliminés à cause du pouvoir qu'ils essayaient d'obtenir. Finalement, il n'en restera qu'un seul et son monument.

Le célèbre scientifique Isaac Newton qui a découvert la règle de l'attraction a dû être déçu car les êtres humains ne sont pas comme les choses - ils ne s'attirent pas, ils se repoussent au point de vouloir la mort l'un de l'autre.

Nikola Tesla, indifférent à l'argent et aux femmes, s'était entièrement consacré à la science. Mais il était mal aimé par beaucoup de gens qui cherchaient leur propre profit et qui privaient délibérément l'humanité d'une si belle chose - l'électricité libre de l'ionosphère. C'était la plus grande découverte des pauvres et non qualifiés Nikola Tesla.

La découverte de Nikola Tesla dans le domaine de l'électricité, qui pourrait être si rentable, n'a pas été réalisée, parce que les méchants lui ont reproché d'utiliser la magie. De telles personnes pleines de bile ont toujours existé. C'est comme s'il avait été programmé pour anéantir toute invention du génie humain.

Tesla a réussi à faire allumer les ampoules à des kilomètres de distance. Mais malheureusement, la «lumière» dans l'âme de nombreuses personnes est inférieure à celle d'une simple lampe.

Einstein n'aimait pas du tout être connu et méprisait la célébrité, mais voici que le destin l'a rendu célèbre. Nombreux sont ceux qui ne peuvent pas atteindre cette façon de penser et aimer la célébrité, mais ils restent méprisés.

Alessandro Volta a réalisé la première batterie électrique et sa contribution scientifique est si grande que la mesure de la tension électrique porte son nom. Le grand Volta! Mais il ne pouvait même pas imaginer à quel point les relations humaines pouvaient être tendues - si fortes qu'elles pouvaient détruire le monde et qu'il n'y avait aucune batterie qui pourrait être un catalyseur pour que le monde reste intact.

La grande discussion entre Niels Bohr et Albert Einstein était de savoir si le monde était gouverné par l'indéfini ou non. Il y a deux points de vue opposés. Mais en ce qui concerne l'homme, tout est défini car il n'y a rien de plus sûr que cela dans le futur l'homme éduqué disparaîtra parce que l'être humain se rapproche de plus en plus de la bête.

Le philosophe grec ancien Pythagore est resté célèbre avec son étude des nombres et que dans la nature la quantité règne sur tout. Cette règle suggère que la vérité l'emporte toujours, même lorsque certaines personnes voudraient la cacher. Ensuite, pour le dire plus précisément, il y a aussi ce que la quantité apporte des changements de qualité - c'est une loi de la dialectique. En y réfléchissant, nous arriverons à la conclusion que la population des hommes a tellement augmenté qu'elle a conduit à des changements dans la «qualité» des êtres humains si grands qu'en tant que chiffre il doit être exprimé avec un zéro absolu!

Le brillant Archimède a fait des inventions dans le domaine de l'ingénierie avec laquelle sa ville natale de Syracuse était défendue. Il a été tué par un soldat romain (bien qu'il soit interdit de le tuer). Quel destin! Mais le mal n'est pas toujours mauvais car s'il était resté en vie, ses inventions auraient été accessibles aux Romains et Rome n'aurait pas été gagnée. L'Empire romain pourrait porter sa puissance à travers les siècles et même aujourd'hui, nous pourrions être ses esclaves. Et même être heureux!

Le grand Galileo Galilei - créateur de la méthodologie scientifique moderne, qui a été amené par Dieu pour faire des recherches dans le domaine de l'astronomie, a été humilié par l'Église officielle et forcé de renoncer au fait que Copernic avait raison sur la Terre tournant autour du Soleil semblable à celui contre Socrate nous fait penser comment le dogmatisme empêche le développement et le progrès. Et ce dogmatisme peut maintenant tuer non seulement des célibataires, mais de nombreuses personnes parce que le mal grandit. Il devient de plus en plus grand.

Il a également été approuvé par la science que la fantaisie est supérieure à la connaissance. Mais la médiocrité qui est une forme de stupidité gagne même l'imagination.

La vie est une équation avec de nombreuses inconnues. Et notre destin est d'être inconnu à l'exception de quelques personnes célèbres.
Bien que Vénus soit beaucoup plus chaude que la Terre, la Terre ne peut pas devenir normale parce que la lave chaude du terrorisme existe ici et nous ne pouvons pas nous défendre.

Les astéroïdes dont la trajectoire croise celle de la Terre sont une chose dangereuse. Mais l'astéroïde le plus dangereux est la population de plus de 7 milliards de personnes qui sont esclaves de leur propre subconscient.

Aristote croyait que la Terre était le centre de l'Univers. Mais il était Aristote et de telles personnalités sont également autorisées à se tromper. Mais il y a beaucoup de gens qui sont bien inférieurs à Aristote, font beaucoup d'erreurs et essaient de les cacher.

Si vous envoyez une lettre à Mars, cela vous coûterait 18 000 $, une somme énorme pour une chose «simple». Mais si nous y réfléchissons, beaucoup paieraient encore plus (même risqueraient leur vie) même si ces 18 000 $ étaient une petite somme pour eux.

Même totalement pris par passion, un couple ne peut pas avoir de relations sexuelles dans le Cosmos, faute de gravitation et d'atmosphère. Mais posons-nous la question: ici sur Terre, où le sexe est tout à fait possible, pourquoi est-il de moins en moins fréquent et désagréable pour la plupart des gens? Et parce que de plus en plus l'être humain devient semblable à une «machine» sans âme.



04/12/2021 05:51

Bienvenue sur la nouvelle version du site

soranzo nicolas
sornico
Bonjour à tous,

C'est avec un grand plaisir que je vous annonce la sortie de la nouvelle version de ce site.
J'espère que les changements apportés vont vous plaire ! En tout cas, ce n'est pas terminé, je dirais même que ce n'est que le début car j'ai encore de nombreuses idées à créer.

Je suis d'ailleurs ouvert à toutes les idées.

Le site vient tout juste de sortir donc il faut être indulgent pendant quelques temps. Si vous trouvez des erreurs, n'hésitez pas à me les signaler.

Je vous laisse découvrir les options.
fgffgffg
04/12/2021 05:51

Joyeux Noël

soranzo nicolas
sornico
Bonjour,

Ecrits Libres vous souhaite un joyeux Noël !
Joyeux noel
04/12/2021 05:51

Bonne année 2021 !

soranzo nicolas
sornico
Ecrits Libres vous souhaite une belle année 2021.

Après une très longue année, cette année va être plus belle, c'est sûr !

Je vous souhaite une bonne santé et de l'inspiration pour créer des livres toujours plus originaux.
Bonne année
04/12/2021 05:51



écrire un livre gratuitement, logiciel gratuit, écrire un livre sur son histoire
En cliquant sur le bouton accepter, vous autorisez l'utilisation de cookies ou technologies similaires y compris celles de tiers sur notre site internet. Les cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site et permettent de vous offrir des contenus personnalisés, d'analyser l’audience du site et de partager vos publications.
Paramétrer les cookies